Passer au contenu principal
  1. Page d’accueil /
  2. Chronologie /

Invention de la machine à boucherie Smith

Des ouvriers surveillent une machine de dépeçage.

Machine de dépeçage (Iron butcher) sur une chaîne de mise en conserve à la conserverie CeePeeCee sur l’île de Vancouver, 1946, Image I-26239 gracieuseté du Royal BC Museum and Archives.

En 1905, E.A. Smith invente la machine à boucherie Smith. En 1900, les revenus d’investissement de sa conserverie en Alaska sont relativement faibles à cause de la pénurie de bouchers. C’est ce qui le poussera à innover. Avant l’arrivée de cette machine, une conserverie employait environ une trentaine de bouchers hautement qualifiés pour préparer suffisamment de poisson pour chaque chaîne de mise en conserve.

À elle seule, la machine remplace une équipe de 30 bouchers. Elle requiert seulement un opérateur qualifié et quelques assistants.

Elle occupe moins d’espace que les tables de boucher traditionnelles et moins que les appareils de boucherie inventés à cette époque. Elle coupe la tête et les nageoires des poissons, les ouvre et en retire les abats.

En 1909, elle est utilisée dans neuf conserveries du fleuve Fraser. La même année, elle remporte le premier prix à Pacific Expo de Seattle.

À l’origine, la machine est brevetée sous le nom à caractère raciste de « Iron Chink », référant aux employés qu’elle remplaçait. Les bouchers étaient en majorité d’origine chinoise. Ce n’est qu’en 1970 que le nom sera officiellement changé pour machine de dépeçage en fer (Iron Butcher).

Machine de dépeçage (Iron butcher) sur une chaîne de mise en conserve avec des saumons empilés sur le plancher en avant-plan.

Machine de dépeçage. Image E-02993, gracieuseté du Royal BC Museum and Archives.